Les actes conscients

Cette attitude active qu’est la réceptivité va s’appliquer aux actes les plus courants de la vie quotidienne qui deviendront des « actes conscients » participant eux aussi à la base de la thérapie Vittoz.

Pratiquer des actes conscients : vivre ici, maintenant.

info document - PNG - 1.6 Mo

Avoir conscience d’un acte, ce n’est pas le penser mais le sentir [1] dit le Dr Vittoz.

C’est décider de sortir un acte du brouillard de l’automatisme.

Par exemple vous pouvez faire votre toilette en pensant à autre chose, mais vous pouvez aussi décider d’accueillir le bruit de l’eau qui tombe, sa température, l’odeur du savon, les mouvements du corps.

Ou bien quand vous ouvrez votre fenêtre, vous pouvez décider que l’espace d’un instant il n’y a plus que ce geste qui compte, la sensation exacte de la poignée dans votre main, le bruit que fait la fenêtre dans vos oreilles, l’étirement musculaire de vos bras, l’air sur le visage et dans la poitrine, tout le bruit de la rue ce matin-ci en particulier. Ce n’est pas la fenêtre qui a de l’intérêt, mais c’est grâce à cette fenêtre, le contrôle que vous êtes entrain d’exercer sur votre attention et c’est la sensation de calme mental qui s’ensuit.

L’acte conscient est tout d’abord décidé, puis senti ; enfin, il est essentiel d’en vérifier l’effet. L’accord entre intention, décision et action entraîne une sensation d’unité, de calme, de présence. Si ce résultat n’est pas atteint, on peut affirmer que l’acte n’a pas été réellement senti. Il a été pensé.

Chaque instant peut être rendu conscient : la respiration, la marche, la voix parlée, manger, tous les gestes simples… C’est le quotidien qui devient objet d’exercice.

En vivant dans la sensation des « actes conscients » la personne apprend à vivre le moment présent, sans retour sur le passé pour les scrupuleux, avec moins de doute pour les obsessionnels, ou sans anticipation exagérée de l’avenir pour les anxieux. Vivre le moment présent est une expérience qui donne un sentiment de tranquillité, de sécurité. La pratique des actes conscients peut parfois suffire à améliorer un état de déséquilibre nerveux. Et si une période de stress désorganise à nouveau la personne, il lui suffit de reprendre une pratique régulière des exercices dont elle a pu sentir le bénéfice et la situation se rétablira. Tout apprentissage est acquis.

[1Notes et pensées - Éditions DDB