La concentration

« La concentration est la faculté de pouvoir fixer sa pensée sur un point donné, de suivre le développement d’une idée sans se laisser distraire, simplement de pouvoir s’abstraire dans un travail quelconque »
(Dr Vittoz).

Développer sa concentration : la force du mental

Après la rééducation de la réceptivité qui permet une meilleure utilisation des fonctions sensorielles, les exercices de concentration vont ré entraîner l’émissivité.

« La concentration est la faculté de pouvoir fixer sa pensée sur un point donné, de suivre le développement d’une idée sans se laisser distraire, simplement de pouvoir s’abstraire dans un travail quelconque  » (Dr Vittoz).

Les difficultés d’attention sont souvent la conséquence d’un « vagabondage cérébral » obligeant la pensée à sauter perpétuellement d’une image, d’une idée, d’un intérêt à un autre ; un effort considérable devient nécessaire pour fixer l’attention. Cet effort se fait alors dans la crispation. Cette crispation est le contraire de l’attention qui doit être tenue mais rester fluide et disponible.

Une concentration juste se fait dans la détente.

  • La concentration sur le corps. Ce peut être la faculté de fixer son attention sur un point du corps sans se laisser distraire. Ou encore se concentrer sur la respiration, ce qui permet d’établir la détente. La méthode propose des exercices de respiration variés en fonction des besoins des personnes.}}}
  • La concentration sur les graphismes  : des tracés précis et simples en images mentales, comme le signe mathématique de l’infini, le triangle, les spirales vers l’intérieur ou vers l’extérieur et la verticale du 1. Outre la concentration que cela développe, la dimension symbolique de ces images mentales constitue une surface de projections de nos états intérieurs, et permet d’exercer une influence sur eux. info document - JPEG - 126.4 ko
  • La concentration sur les idées. Pour le Docteur Vittoz, une idée n’a d’intérêt que de si elle est considérée globalement. C’est-à-dire clarifiée mentalement, sentie dans le corps et évaluée émotionnellement. La personne s’exerce à retrouver dans ses souvenirs un moment de calme vécu, jusqu’au moment où elle peut sentir dans son corps la sensation de calme dégagée à ce moment. De même la concentration sur l’idée d’énergie produit une augmentation physique de l’énergie. L’exercice permet de rester présent à une idée, un état en fonction des besoins du moment. C’est ce que l’on appelle les « appels d’état ».