Article « La méthode Vittoz pour l’aider à se concentrer ! »

Article paru dans la revue Anform ! Magazine de la santé et du bien-être distribué en Martinique, Guadeloupe et Guyane

Pour certains élèves, rester assis toute la journée relève de l’impossible. Pour aider les enfants de 7 à 10 ans à mieux se concentrer, Margot Dugenet et Suzanne Archawski, thérapeutes diplômées de l’institut Vittoz, ont conçu un cahier spécial. Interview.

Qu’est-ce que la méthode Vittoz ? C’est une méthode psychocor- porelle (ce qui signifie qu’elle se fonde sur le lien dynamique entre notre corps, notre mental et notre psychisme) qui propose des exercices permettant de prendre conscience et de rétablir un juste équilibre entre ces trois parties de nous-même pour trouver notre unité, notre capacité d’agir suivant nos propres choix et notre liberté. Élaborée par le Dr Roger Vittoz (1863-1925), elle est une péda- gogie, une psychothérapie et un véritable art de vivre. Cette approche est-elle validée scientifiquement ? La méthode Vittoz fait l’objet depuis 2013 de plusieurs études scienti- fiques menées par le laboratoire de psychologie de Grenoble. Plusieurs mémoires et thèses de chercheurs ont confirmé ses effets notamment sur la réduction du stress, l’amélio- ration du bien-être, des capacités de concentration, de mémorisation, de coopération.

À qui s’adresse-t-elle ? À tous, enfants comme adoles- cents, adultes ou seniors. Elle peut être pratiquée dans le cadre d’une psychothérapie en individuel ou dans un cadre de prévention et de développement du mieux-être en groupe (en entreprise comme dans un cadre scolaire).

S’agit-il de “rééduquer” le cerveau ? Oui. L’objectif de cette méthode est de développer notre capacité d’au- tocontrôle cérébral. Notre cerveau a deux modes de fonctionnement. L’un émissif (pensées, réflexions, jugements, souvenirs…), l’autre réceptif (tout ce qui nous provient de nos récepteurs sensoriels aussi bien de l’extérieur de nous-mêmes que de notre propre corps.) Notre cerveau ne peut exercer les deux modes simultanément : choisir d’activer l’un met obligatoirement l’autre au repos. Pour un mental qui aurait tendance à“vagabonder” (subir de multiples pensées non choisies) ou à ruminer, le retour à la réceptivité est une véritable clé de reprise de soi pour ensuite se réapproprier une pensée choisie, suivie, concentrée.

Comment cette méthode peut- elle aider les enfants qui ont des difficultés de concentration ? Par le développement des pratiques de réceptivité qui permettent de mettre le cerveau au repos. Puis par le développement d’une émissivité choisie, juste et sans tension, grâce àdes exercices de concentration.

Beaucoup d’exercices proposés dans Mon cahier Vittoz spécial concentration sont basés sur les cinq sens, pourquoi ? La concentration sera plus effi- ciente et se fera sans tension si le cerveau a au préalable été réceptif. La réceptivité ne se fait que via les cinq sens. Le Dr Vittoz a écrit : “La réceptivité, c’est tout.”

Pouvez-vous nous donner des exemples d’exercices de réceptivité à faire avec nos enfants ? Accueillir sans jugement, avec bienveillance, toutes les sensations qui proviennent de ses points d’appui (pieds, cuisses et fessiers, mains posées, paupières posées sur les yeux…). Accueillir les sensations de sa respiration (température et toucher de l’air au niveau des narines et du fond du nez, mouvement de la cage thora- cique, mouvement du ventre, des côtes jusque dans le dos). Il est très important d’aider nos enfants à développer leur vocabulaire des sensations et des parties de leur corps pour qu’ils puissent développer cette conscience d’eux-mêmes dans leur vécu ici et maintenant.

À quel moment lui proposer ces exercices ? Tous les jours ? Avant les devoirs ? Avant les devoirs pour faire ce sas. Mais aussi lors de moments de détente, ou particulièrement riches sensoriellement (repas, jeux) pour que l’enfant s’habitue à sentir le monde qui l’entoure, et sentir son corps. La méthode Vittoz s’intègre aux gestes du quotidien et devient un véritable art de vivre.

Grâce à cette méthode, la concentration n’est plus censée être un effort ? Exactement. Une bonne émissivité se fait sans tension. Ce qui crée l’effort et la tension, c’est la lutte contre des pensées parasites, contre des envies autres, ou du fait d’une tension physique. Si avant la concentration, un sas a été fait par une réceptivité (sans pensée) et la conscience du bénéfice de cette pause sensorielle (retour au calme, réunification, repos…), alors la concentration peut se faire sans tension avec un cerveau disponible.

Quels résultats ? Un recentrage, une conscience de soi dans l’instant, une confiance en soi, un plaisir de vivre, un meilleur accueil de ses émotions, une meil- leure capacité de concentration et de mémorisation…

Faut-il que mon enfant soit volontaire pour que cette méthode soit efficace ? Oui, c’est obligatoire. Si la méthode Vittoz devient une contrainte, une tension, elle n’est plus la méthode Vittoz ! Mais par l’angle du jeu, c’est facilement possible.

A84 - MSR - Vittoz -  PDF - 1.5 Mo
A84 - MSR - Vittoz

http://www.anform.info/magazineHTML5/GPE/N84/74/